Nouveau record du monde pour le LHC

Genève, le 30 novembre 2009. Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN1 est désormais l’accélérateur de particules ayant l’énergie la plus élevée au monde : son double faisceau de protons à été porté à une énergie de 1,18 TeV tôt ce matin. Le précédent record mondial, 0,98 TeV, était détenu depuis 2001 par le collisionneur Tévatron, du Laboratoire national de l'accélérateur Fermi, aux États-Unis. Il s'agit là d'une étape importante vers les premiers résultats de physique du LHC, attendus en 2010.

« Nous devons encore nous habituer à l’idée que cette mise en service se passe de façon si harmonieuse, a déclaré Rolf Heuer, directeur général du CERN. C’est fantastique. Toutefois, nous avançons étape par étape, et beaucoup doit être encore fait avant de pouvoir obtenir des résultats de physique, en 2010. En attendant, je vais garder le champagne au frais. »

Ces événements surviennent dix jours seulement après le redémarrage du LHC, ce qui montre l’excellente performance de la machine. Les premiers faisceaux ont été injectés dans le LHC le vendredi 20 novembre. Pendant les jours qui ont suivi, les opérateurs ont fait tourner des faisceaux dans l’anneau alternativement dans les deux sens de circulation, à une énergie d’injection de 450 GeV, en portant progressivement la durée de vie du faisceau à 10 heures environ. Le lundi 23 novembre, deux faisceaux ont circulé ensemble pour la première fois et les quatre grands détecteurs du LHC ont enregistré leurs premières données de collision.

La prouesse de la nuit dernière confirme une fois de plus que le LHC se rapproche pas à pas de l’objectif des premiers résultats de physique début 2010. Le record mondial d’énergie a été battu pour la première fois hier soir, lorsque le faisceau 1, injecté à 450 GeV, a atteint 1050 GeV (1,05 TeV) à 21 h 48, ce dimanche 29 novembre. Trois heures plus tard, les deux faisceaux du LHC ont atteint l’énergie de 1,18 TeV, à 0 h 44, le 30 novembre.

« J’étais là il y a 20 ans, pour le démarrage du précédent accélérateur phare du CERN, le LEP, a déclaré Steve Myers, directeur des accélérateurs et de la technologie. Je trouvais cette machine formidable, mais le LHC, c’est bien autre chose. Ce qui demandait des jours ou des semaines avec le LEP ne prend que quelques heures avec le LHC. Jusqu’à présent, tout nous permet d'espérer que ce programme de recherche va être exceptionnel. »

La prochaine étape sera une courte phase de mise en service portant sur l’accroissement de l'intensité du faisceau, après quoi la machine fournira aux expériences une bonne quantité de données de collision, avant Noël. Jusqu'à maintenant, le travail de mise en service du LHC s’est fait avec un faisceau pilote de faible intensité. Une plus forte intensité est requise pour obtenir des taux de collisions proton-proton significatifs. La phase de mise en service en cours vise à vérifier que des intensités plus élevées peuvent être obtenues en toute sécurité et que des conditions de stabilité peuvent être garanties pour les expériences. Cette phase devrait durer environ une semaine, après quoi les équipes du LHC procéderont à des collisions de faisceaux à des fins d’étalonnage jusqu’à la fin de l’année.

Les premiers résultats de physique du LHC sont prévus pour le premier trimestre 2010, à une énergie de collision de 7 TeV (3,5 TeV par faisceau).

Footnote(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, exploite le plus éminent laboratoire de recherche du monde en physique des particules. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’Inde, Israël, le Japon, la Turquie, la Commission européenne et l’UNESCO ont le statut d’observateur.

You are here